Conférences 2011-2012

Abécédaire du corps dansant : V-vieillissement

abcdaire-corps-dansant-vieillissementPrésentation « en cours de création » d’une installation performative sur le vieillissement

Au fil du temps, des jours, des mois et des années, le corps avance en âge. Il vieillit. Un cycle, une vie, aussi irréversible qu’irrévocable nous dit Jankélévitch, là où la course du temps n’a pas de bouts et nous « impose la direction à suivre ». La vieillesse est interdite de retour. C’est un fait. Elle rappelle à soi son inévitable et inéluctable état de mortel. Le corps dansant n’y échappe pas, bien qu’il se refuse obstinément à vieillir. Ainsi, à 20 ans on danse et à 80, on regarde danser.

Équipe
Conception, texte et mise en espace : Andrée Martin
Chorégraphie : Catherine Gaudet et Andrée Martin
Collaboration à la création et interprète : Manon Levac, Jade Marquis, Céline Boucher
Directrice des répétitions : Christine Charles
Environnement sonore : Laurent Martin, Joël Gauthier
Environnement lumière : Stéphane Menigot
Environnement vidéo : Aurélie Pédron
Aide aux costumes : Laura Gauthier
Interprètes vidéo : Kyiane Racine et Beth

Un chaleureux merci à : l’École supérieure de théâtre de l’UQAM, le Département de danse de l’UQAM, l’Agora de la danse, Odette Béliveau, Thérèse Bouchard, Hélène Duval, Alain Bolduc, Patrice Tremblay, Stanley Kwiecien, ainsi que tous les techniciens et autres intervenants ayant rendu possible cette présentation.

Vendredi 29 juin 2012
13h00 à 17h00
Studio théâtre Alfred-Laliberté
Pavillon Judith-Jasmin
405, rue Sainte-Catherine est
Université du Québec à Montréal


Calendrier 2011-2012

23 septembre 2011
7 octobre 2011
28 octobre 2011
11 novembre 2011
2 décembre 2011
9 décembre 2011
20 janvier 2012
8 février 2012
17 février 2012
16 mars 2012
30 mars 2012
13 avril 2012
11 mai 2012
25 mai 2012

Renée Bourassa
Frédéric Maurin
Chris Salter
Bernard Guelton, Olivier Caïra
Vincent Rafis
Andrée Martin
Jens Hauser
Philip Auslander
Zaven Paré
Jean-Ambroise Vesac
Bill Vorn
Hervé Guay et Maria Stasinopoulou
Rania Aoun et Line Dezainde
Journée d'étude : Effets de présence du son


Facebook : photos, paysage performatif et effets de présence

facebook-photos-paysage-performatifDe l’album photos Facebook à la performativité et de la photo du profil à l’avatar, les réseaux sociaux font surgir, de nouveau, un questionnement important sur la relation photographie/présence. Bien que la sémiotique a déjà résolu le caractère indiciel de la photographie, les réseaux sociaux nous offrent, actuellement, d’éventuelles explorations sémiotiques des photos médiatisées dans leurs plateformes où les effets de présence sont au cœur de ces recherches. L’étude – dont nous envisageons présenter les constats au cours de notre conférence – portera sur de « nouvelles formes » d’effet de présence qui émergent des rapports entre l’internaute et ses photos médiatisées sur Facebook.

Biographie
Doctorante en sémiologie à l’UQAM et chercheuse en sémiotique de l’image et des communications. Rania Aoun s’intéresse, dans le cadre de son projet doctoral, aux représentations des femmes à travers leurs photos sur Facebook et l’apport de celles-ci dans la conceptualisation des stéréotypes. Pourtant, ses recherches ne se limitent pas aux photographies médiatisées dans les réseaux sociaux, pour s’étaler aux images publicitaires, photos de magazines de mode, performances, etc.

Ses recherches sont diffusées à travers ses communications : Les « Facebookiennes » en mode Playboy. L’hypersexualisation féminine dans Facebook : de l’objet de la femme à la femme-objet. (ACFAS 2011), Le corps et l’image du corps : le corps féminin sur le web. (Colloque AÉMDC 2010) et ses publications : « Entre voilement et dévoilement : subjectivités féminines dans Turbulent de Shirine Neshat». (FéminÉtudes, Automne 2011), « L’icône féminine : de la mythification du visage de Marilyn Monroe à la mythification de la jeunesse ». (Postures, Automne 2011).

La fiction hypermédiatique comme forme prospective de diffusion des archives

fiction-hypermediatiqueCette communication présentera quelques éléments de réflexion concernant la diffusion de l’archive par la fiction hypermédiatique, des voies prospectives de médiatisation ayant comme stratégie la mise en intrigue multiplateforme des éléments composant l’archive. En nous appuyant sur l’exemple d’un projet artistique conçu à partir des archives des Ateliers Angus de Montréal, nous analyserons les modes de production et de réception d’un récit fictionnel hypermédiatique tirant sa genèse de ces archives, ainsi que les stratégies mises en œuvre, afin de créer des effets de présence.

Biographie
Line Dezainde
est une artiste multidisciplinaire (arts numériques, performances, auteur, compositrice). Après des études en droit, en histoire de l’art et en administration, elle est actuellement étudiante à la Maîtrise interdisciplinaire en art, à l’Université Laval. Son projet de recherche porte sur la fiction hypermédiatique, les archives et la mémoire collective.

11 mai 2012 - deux présentations
13h30
A-1330
Pavillon Hubert-Aquin
400 rue Saint-Catherine est


Spectateur et présence : le cas de Sepsis et de Caligula (remix)

spectateur-presence-cas-sepsis-caligulaFace à des relations avec le spectateur qui se singularise de spectacle en spectacle, il est sans doute temps de convenir que cette relation avec le spectateur est devenue un enjeu central des pratiques contemporaines. L’hypothèse que nous voulons soulever aujourd’hui est la suivante : le point de départ de la stimulation de l’imagination du spectateur ne réside-t-il pas d’abord dans la singularité de la relation qu’un metteur en scène ou un chorégraphe veut établir avec lui au cours de la représentation par le biais des moyens technoesthétiques dont il dispose ? En d’autres mots, nous souhaitons aborder la question de l’imagination et de la présence dans le cadre de la relation entre un émetteur et un récepteur voulant faciliter le passage d’un imaginaire vers un autre. Il est entendu qu’il ne s’agit pas d’une situation de totale réciprocité, mais ce qui en résulte est le partage d’une expérience à laquelle les deux parties doivent concourir. Cette relation à reconstruire avec le spectateur à chaque production est donc ce qui va nous intéresser aujourd’hui. Or qu’est-ce qui a favorisé l’avènement de telles stratégies ou, si l’on préfère, la création de relations si singulières avec le spectateur d’une création à l’autre – tout au moins dans certaines pratiques scéniques très contemporaines ? Si pendant de nombreuses années, bon nombre d’artistes se sont attachés à reconfigurer le lieu théâtral pour assurer une plus grande participation du spectateur, il appert aujourd’hui que c’est souvent par une relation frontale instaurée dans une salle à l’italienne que se renouvelle le plus décisivement ce cadre relationnel, si on nous permet de le désigner ainsi. Nous verrons ce qu’il en est de ce cadre relationnel dans Sepsis de Christian Lapointe et dans la mise en scène de Caligula (remix) d’après Camus assurée par Marc Beaupré.

Biographies
Journaliste culturel au quotidien Le Devoir pendant vingt ans, Hervé Guay est à présent professeur à l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR). En 2010, il a publié L’éveil culturel. Théâtre et presse à Montréal, 1898-1914 aux Presses de l’Université de Montréal et dirigé le dossier « Voix divergentes du théâtre québécois contemporain » de L’Annuaire théâtral. Outre l’analyse des discours sur le théâtre, il s’intéresse à la dramaturgie québécoise et aux pratiques scéniques contemporaines. Président de la Société québécoise des études théâtrales, il est aussi directeur de la revue Tangence. Ses recherches actuelles portent sur la réception critique et les relations avec le spectateur.

Maria Stasinopoulou est titulaire d’un D.E.A. de Littérature et de Civilisation françaises de Paris IV, docteur ès lettres du département de Langue et de Littérature françaises de l’Université d’Athènes. Sa thèse porte sur les mises en scène des pièces de Molière montées par des troupes helléniques. Elle a effectué un stage postdoctoral en Théâtre-Littérature au Centre de recherche interuniversitaire sur la culture et la littérature québécoises de la Faculté des lettres de l’Université Laval. Sa recherche postdoctorale avait comme sujet les stratégies de mise en scène dans le théâtre québécois actuel. Elle est collaboratrice du Laboratoire du théâtre et du cinéma, institution placée sous l’égide de l’Université d’Athènes. Correspondante du site de critique du spectacle : Le théâtre du blog et de la revue la revue Θεατρογρφίες [Ecritures Théâtrales]. Actuellement, elle suit un autre stage postdoctoral à l’Université du Québec à Trois Rivières sur les nouvelles technologies et l’effet de distanciation dans les mises en scènes du théâtre québécois actuel.

Hervé Guay et Maria Stasinopoulou
13 avril 2012
13h30
A-1330
Pavillon Hubert-Aquin
400 rue Saint-Catherine est


Anthropomorphisme et art robotique : effet de présence ou présence de l'affect?

anthropomorphisme-art-robotiqueNé à Montréal, Bill Vorn est un artiste de l’automation oeuvrant sur la scène internationale des arts électroniques depuis plus d'une quinzaine d’années. Ses projets d'installation et de performance utilisent la robotique, le contrôle de mouvement, le son, la lumière, la vidéo et les processus cybernétiques. Il poursuit ses recherches sur la Vie Artificielle à travers une démarche artistique basée sur "l'esthétique des comportements artificiels". Titulaire d'un doctorat en communication de l'UQAM (Montréal) pour sa thèse sur la "Vie Artificielle comme média", il enseigne les arts électroniques au sein du département d'arts plastiques de l'université Concordia (programme Intermedia/Cyberarts) où il détient le poste de professeur titulaire. Il est responsable du alab, un laboratoire de recherche-création en art robotique intégré à l'institut Hexagram. Ses travaux ont été présentés dans de nombreux événements internationaux dont Ars Electronica, ISEA, DEAF, Art Futura, EMAF et Sonar. Il s'est vu attribué le prix Life 2.0 (1999, Madrid), le prix Leprecon Award for Interactivity (1998, New York), le prix Distinction du Prix Ars Electronica 96 (1996, Linz) et le prix International Digital Media Award (1996, Toronto). Il a travaillé en collaboration avec de nombreux artistes canadiens (dont Edouard Lock, Robert Lepage, Gilles Maheu, Istvan Kantor et LP Demers). Il a fondé le groupe de musique pop électronique Rational Youth avec Tracy Howe en 1981.

Bill Vorn
30 mars 2012
13h30
A-1330
Pavillon Hubert-Aquin
400 rue Saint-Catherine est


Agence et effets de présence des réalités virtuelles mixtes

agence-effets-presence-realites-virtuellesSoleil est une installation interactive et immersive dans laquelle le visiteur est convié à entrer dans un cube lumineux, métaphoriquement au centre du Soleil. C'est une expérimentation de l’altération de la perception de l'espace immergeant le participant dans un environnement sonore et lumineux à trois dimensions, une réalité virtuelle qui se superpose, sans la supprimer, à l'ambiance du lieu. Cette hybridation médiatique provoque une réalité mixte, entremêlant fiction et « situation ». L'interaction est de type « récursivité comportementale » (biofeedback). Le système adapte son comportement à celui de l'expérimentateur. Cette création a été réalisée pour réfléchir, par une approche concrète, aux notions théoriques d'effets de présence, d'immersion, de performativité et d'agence.

Vesac est un artiste éclectique des arts numériques, sa pratique touche à l'immersion, la robotique, l'interaction et la performance. Ses travaux questionnent notre lien au monde, issu de nos perceptions et de nos actions. Ils offrent des expériences médiatiques singulières à vivre. Ses univers sonores sont des hybridations de « field recording » et d'électroacoustique, dans lesquels le geste et l'improvisation sont présents. Sa démarche de création est écocybernétique et allie des matériaux bruts, des données environnementales et des systèmes informatiques. Il est un chercheur associé au Laboratoire de muséologie et d'ingénierie de la Culture (LAMIC) et chargé de cours à L'École des Arts visuels de l'Université Laval. Il est un collaborateur de longue date de la Société des Arts technologiques.

Jean-Ambroise Vesac
16 mars 2012
13h30
A-1330
Pavillon Hubert-Aquin
400 rue Saint-Catherine est


Robot Drama Research

robot-drama-researchEn 2006, le roboticien japonais Hiroshi Ishiguro fit sensation avec l’un des robots les plus réalistes jamais conçus. Baptisé le Geminoïd car il était fait à l’image de son concepteur, ce robot devient en quelques années une star parmi les humanoïdes, attirant des chercheurs de tous horizons travaillant sur l’apparence humaine. Faut-il que les robots nous ressemblent? De quoi voulons-nous nous entourer? Que gagne-ton à cultiver la confusion entre l’homme et la machine ou comment faire pour la dépasser? Pour comprendre l’originalité du Geminoïd, il fallait l’inscrire dans un double héritage, celui des sciences mais aussi celui des arts. Le laboratoire devient un étrange théâtre qui finit par bousculer les certitudes des expérimentateurs eux-mêmes sur ce qu’être robot veut dire.

Zaven Paré est artiste et chercheur au sein du Robot Actors Project du roboticien Hiroshi Ishiguro et du dramaturge Oriza Hirata, il a été lauréat de la Villa Kujoyama et de la Japan Society for Promotion of Science en 2009 et 2010. Il a reçu le prix Sergio Motta (São Paulo – Brésil) pour l’ensemble de sa carrière artistique en 2011. Il est co-auteur de l´ouvrage Le jour où les robots mangeront des pommes. Paris: Petra, 2011.

Affiliations :
Performativité et effets de présence (UQAM),
Anthropologie et anthropomorphisme (ARTMAP),
Populations japonaises (INALCO)

Zaven Paré
17 février 2012
13h30
J-2135
Pavillon Judith-Jasmin
405 rue Saint-Catherine est


Sound and Vision : The Audio-Visual Economy of Musical Performance

sound-visionBy characterizing the relationship between the visual and audible dimensions of music performance as an “economy,” I am suggesting that these two dimensions do not necessarily simply work hand-in-hand. Rather, there can be competition between them as they vie for the audience’s attention and seek to influence the audience’s understanding of the performance. Musicians shape differential relationships between sight and sound some of which can be characterized as normative or traditional, while others can be characterized as challenging the norms.

I begin by positing what I call the “traditionalist” view of music performance, a view that emphasizes visible causality in music performance: what the audience sees should provide information about how the sound is being produced and, perhaps, about the musician’s affective state. Visual information that does not contribute to this understanding is perceived as interference. The relative value of sound and visual information in music performance varies somewhat by genre, of course. But even performers operating within genre contexts in which the traditional values generally hold sway sometimes challenge those values by manipulating the relationship between the auditory and visual aspects of musical performance in ways that go against the traditional (or traditionalist) grain. In my presentation, I will look at one such performance practice: the use of light shows in concerts of both psychedelic rock and classical music in the late 1960s and early 1970s.

Philip Auslander is professor at the School of Literature, Communication, and Culture at the Georgia Institute of Technology, Atlanta. http://www.lcc.gatech.edu/~auslander/

Philip Auslander
8 février
(noter le changement de local et d'heure pour cette séance)
14h00
N-M120
Pavillon Paul-Gérin-Lajoie
1205 rue St-Denis


Microperformativité : fragments en action

microperformativite-fragments-en-actionJens Hauser
20 janvier 2012
(noter le changement de local pour cette séance)
13h00
J-2135
Pavillon Judith-Jasmin
405 rue Ste-Catherine est


Abécédaire du corps dansant : Z-Zéro

abcdaire-corps-dansant-z-zeroAndrée Martin
9 décembre 2011
(noter le changement de local pour cette séance)
13h30
840 Cherrier
Pavillon de danse
Métro Sherbrooke


L'événement kanien

evenement-kanienVincent Rafis
2 décembre 2011
13h30
Local A-1330
(pavillon Hubert-Aquin)


Conférences de Bernard Guelton et Olivier Caïra

conferences-bernard-gueltonBernard Guelton et Olivier Caïra
11 novembre 2011
13h30
Local A-1330
(pavillon Hubert-Aquin)


The Next Performative Turn : Materiality, Science and the Non-Human

next-performative-turnChris Salter
7 octobre 2011
13h30
Local A-1330
(pavillon Hubert-Aquin)


De la matrice à la hantise : le cinéma dans le théâtre d'Ivo van Hove

matrice-hantiseFédéric Maurin
28 octobre 2011
13h30
Local A-1330
(pavillon Hubert-Aquin)


Séance de réflexion sur les définitions

seance-reflexion-sur-definitionsRenée Bourassa
Wijnand Ijsselsteijn / Guiseppe Riva
Nathaniel Stern
23 septembre 2011
13h30
Local A-1330
(pavillon Hubert-Aquin)


Retour haut de page