Aton & Amen

Artistes

Daniel Glaser et Magdalena Kunz

Année

2011

aton-amen-1 aton-amen-2

Résumé

Installation. Une sculpture « cinématographique ». Apparences, jeux et réalités s'y mêlent et interrogent la notion de présence, de quotidien et d'urbanité. Leurs oeuvres s'inscrivent souvent dans l'espace public et remettent en perspective la ville et ses représentations.

Analyse

La force de la proposition est la présence physique des corps, couchés, ceuxlà mêmes que l'on évite de regarder dans la rue, incarnation de la nonexistence des vagabonds et itinérant, avec l'effet de présence des comédiens, des visages, eux aussi dans une expression de l'absence. Il y a un dédoublement de la présence incarnée à la fois dans le monde par le vêtement, l'objet, et à la fois dans l'image, présence médiatique. La sculpture vidéo prendre ainsi racine. Le visage poli des mannequins rappelle les avatars 3D, plus lisse que le réel, presque sans surface, creux, bosses et sans chaos. Alors, les mannequins semblent une matérialisation d'avatar, de l'idée même que l'on se fait des itinérants, d'une idée. Au dédoublement provoqué par la superposition de la projection au mannequin, s'ajoute une mise en abîme : les jumeaux. Dans le monde digital, la copie est sans différence avec l'original, on s'interroge donc sur notre compréhension du jumeau, aujourd'hui. Est-ce un emprunt de la culture numérique? Le doute sur l'original et la copie, sur la présence où l'effet de présence me semble profondément marqué dans le regard que jeune garçon porte sur son frère, ou est-ce sur lui-même? L'avatar, comme nous, est-il maintenant capable, presque avec regret, de douter de son existence?

Référence

http://www.glaserkunz.ch/projects/houseOH-06.html